Brève description de la Norme

NF EN 13432

 

Cette norme définie et encadre les "caractéristiques des emballages

valorisables par compostage et biodégradation". Elle détermine les

"Schémas d'essai et les critères d'évaluation pour l'acceptation finale des

emballages"

Les termes biodégradation, matériaux biodégradables et/ou compostables,

sont de plus en plus communément utilisés mais fréquemment mal employés et

donc sources d'équivoques.

La norme européenne EN 13432, (JOCE du 12 juillet 2001) résout ce

problème et définit les caractéristiques qu'un matériau, un produit, doit

posséder pour être considéré comme compostable et biodégradable.

Les emballages répondant à cette norme peuvent donc être valorisés par

compostage au même titre que des déchets organiques.

La définition des critères de compostabilité est très importante car les matériaux

non compatibles avec le compostage (plastiques traditionnels, verre, matériaux

contaminés par des métaux lourds, etc.) peuvent affecter la qualité finale du

compost et le rendre, de ce fait, inapte pour une utilisation agricole. Il serait

alors inacceptable d'un point de vue environnemental et commercial.

Cette norme de référence constitue une véritable garantie tant pour les

producteurs de matériaux et de produits d'emballage, que pour les autorités

publiques, les composteurs ou les consommateurs.

La Norme EN 13432 est une norme harmonisée

Mentionnée au Journal Officiel des Communautés Européennes (JOCE, le 12

juillet 2001) cette norme est intégrable en ordre interne par les pays européens,.

Pour la France, cette norme est intégrée en ordre interne sous la

dénomination NF EN 13432.

De plus, si un produit est conforme à cette norme il y a, de facto, présomption de

conformité avec la Directive Européenne 94/62 EC sur les emballages et les

déchets d'emballage.

Selon la norme NF EN 13432, les caractéristiques d'un matériau

compostable doivent être les suivantes :

La Biodégradabilité, c'est la conversion métabolique du matériau

compostable en dioxine de carbone (CO2), eau (H2O) et humus. Cette

propriété est mesurée par des tests standards et normalisés (ISO 14855 :

biodégradabilité en conditions de compostage contrôlé).

Pour qu'un matériau soit considéré biodégradable celui-ci doit être en mesure

d’atteindre 90% de biodégradation en moins de 6 mois.

La Désintégration, c'est la fragmentation et la perte totale de visibilité dans

le compost final (absence de contamination visuelle).

Cette désintégration est mesurée par un test de compostage à échelle-pilote

(prEN 14045). Des échantillons de matériau d'essai sont compostés avec des

déchets organiques pendant 3 mois. A la fin, le compost est tamisé avec un

tamis de 2 mm. La totalité des résidus supérieurs à 2 mm doit alors être

inférieure à 10% de la masse initiale.

Une très faible concentration en métaux lourds (valeurs maximales

prédéfinies) et une bonne qualité du compost (contrôles de l'écotoxicité et

de la valeur agronomique).

Un test de croissance des plantes (test OECD 208 modifié) est effectué sur

des échantillons de compost où la dégradation du matériau de test a eu lieu.

Aucune différence avec le compost témoin ne doit être mise en évidence.

Permanence des paramètres chimio-physiques.

Certains de ces paramètres doivent rester inchangés après la dégradation du

matériau étudié.

Concentration d'azote (N), Concentration de Phosphore (P), Concentration

de Magnésium (Mg), Concentration de potassium (K), PH, Contenu salin,

Niveau solides-volatiles.

Une absence d'effets négatifs sur le déroulement du processus de

compostage. Test de contrôle de compostage à échelle-pilote.

Seul le respect de l'ensemble de ces conditions permet de déterminer

si un matériau est biodégradable et Compostable.

 

Il est en effet important de souligner que seul le fait de répondre à l'ensemble

des ces conditions permet de définir si un matériau est biodégradable et

compostable.

 

Par exemple, un matériau qui est effectivement biodégradable n'est pas

nécessairement compostable car il doit également se désintégrer pendant un

cycle de compostage d'une durée de 3 mois.

 

Par ailleurs, un matériau qui se fragmenterait pendant le cycle de compostage en

de multiples particules inférieures à 2 mm sans que celles-ci soient elles-mêmes

biodégradables, ne serait pas considéré comme compostable.